La santé et le bien être au quotidien
Recevez GRATUITEMENT 21 citations pour réussir et agir


Email * :
* champ obligatoire.
Vous êtes ici : Accueil » Dépression » Traitement médical préconisé en cas de dépression majeure

Traitement médical préconisé en cas de dépression majeure

Les psychiatres et toute la cohorte de médecins spécialisés en la matière ou les généralistes traitent habituellement la dépression majeure par des antidépresseurs. Ce sont des psychotropes (substances qui modifient les neurotransmetteurs ou le psychisme) destinés à faire disparaître la tristesse ou les troubles de l’humeur. Les neurotransmetteurs sont des substances chimiques qui servent à relayer des informations entre les neurones du cerveau et d’autres cellules.

Les antidépresseurs affectent un neurotransmetteur en particulier, la sérotonine. Elle contrôle et régule les niveaux d’autres neurotransmetteurs dans le cerveau. Si le taux de sérotonine devient faible (ce qui arrive avec la prise prolongée d’antidépresseurs), cela entraîne une réaction en chaîne, la baisse des noradrénalines et très rapidement la dépression majeure.

Normalement, les antidépresseurs sont conçus pour augmenter les niveaux de sérotonine, de la noradrénaline ou d’un neurotransmetteur tiers comme la dopamine. Nous devons savoir que la dopamine est proche de l’adrénaline, laquelle agit comme une décharge d’énergie nerveuse en cas de stress. Normalement donc, le spécialiste prescrit un antidépresseur se rapprochant le plus possible des besoins du patient en fonction de ses symptômes.

Prenons comme exemple le cas d’une personne qui souffre des symptômes de l’anxiété et de l’irritabilité. On lui recommandera fort probablement un antidépresseur à base de noradrénaline. Tandis que pour un patient, victime d’une baisse d’énergie et d’une tristesse accrue, on lui préférera un traitement à base de dopamine.

Le deuxième point sur lequel va s’attarder un psychiatre, dans le cas de la dépression majeure, sera celui du terrain psychologique de son patient. En effet, il est avéré qu’une personne souffrant de dépression majeure a beaucoup plus de mal à faire face aux aléas du quotidien. Non seulement elle risque d’être absorbée par les événements négatifs, mais en plus, elle n’est plus capable d’identifier les moments positifs et agréables qui se présentent dans sa vie. En outre, la dépression majeure s’installe plus rapidement dans le cas de l’isolement social, des privations et des abus de toutes sortes.

Il est alors rendu évident que l’aspect social joue un rôle essentiel dans le cas de la dépression majeure et qu’il convient de connaître les conditions dans lesquelles évolue le patient. La famille et les assistants sociaux sont les seuls à pouvoir mener une action dans ce domaine.

Autres déclinaisons de la dépression majeure

Dépression psychotique : Dans ce cas, le sujet subit tous les symptômes dont nous avons parlé dans le cas de la dépression majeure auxquels s’ajoutent des bouffées délirantes, des tendances psychotiques avec trouble du comportement.

Dépression atypique: Elle concerne des personnes capables de faire face au monde extérieur tout en donnant l’impression que tout va pour le mieux. Toutefois, l’humeur de cette personne varie de manière excessive en fonction des événements bons ou mauvais auxquels elle est confrontée.

Dépression mélancolique : Elle survient quand le patient n’est plus capable de ressentir du plaisir. Elle s’accompagne de perte d’appétit, d’insomnie et d’irritabilité.

En résumé

  • La dépression majeure est une maladie mentale grave que l’on doit considérer avec sérieux du fait des conséquences dramatiques qu’elle peut entraîner chez le patient.

  • On lui reconnaît au moins trois facteurs : biologiques, psychologiques et sociaux.

  • On traite le plus souvent une personne dépressive par des antidépresseurs.

Recevez 21 citations pour Réussir - 21 citations pour Agir
Le respect de votre vie privée est Garantie
Recevez 21 citations pour Réussir - 21 citations pour Agir






Le respect de votre vie privée est Garantie
Stéphane Munnier